Aller au contenu principal
Normes & certifications

Quels sont les avantages du statut d'auto-entrepreneur ?

23/07/2018
Maxime Helot

statut auto-entrepreneur avantages commerce

Il est tout à fait envisageable d’être auto-entrepreneur dans le cadre de la création de votre commerce. Les avantages de ce statut se déclinent sous trois angles.

 

L’aspect administratif lié au statut d’auto-entrepreneur

Il est bien plus simple de démarrer une activité de commerçant via ce statut. Une simple déclaration (formulaire PO AE) suffit pour devenir auto-entrepreneur. La déclaration doit être transmise par internet  au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) compétent, à savoir la CCI pour une activité commerciale. Vous pouvez également effectuer cette déclaration directement sur votre portail auto-entrepreneur.

Cette déclaration doit être accompagnée d'un scan ou d'une photocopie d'une pièce d'identité, signé et comportant la mention "Je certifie sur l'honneur l'exactitude de cette pièce justificative d'identité. Fait à ..., le ...".

Sur le plan comptable, l’auto-entrepreneur possède des obligations très limitées :

  • Tenir un livre des recettes.

  • Conserver toutes les pièces justificatives.

  • Le cas échéant, tenir registre récapitulatif des achats.

 

Le régime social est également avantageux

Pour résumer, vos cotisations seront strictement calculées en proportion de votre chiffre d’affaires. Vous ne pourrez plus vous retrouver dans une situation où des cotisations sociales sont dues alors qu’aucun chiffre d’affaires n’a été généré.

Ce régime permet le règlement simplifié des cotisations et contributions sociales avec un paiement mensuel ou trimestriel, selon le choix de l’auto-entrepreneur.

Il convient par ailleurs de noter que le cumul de l'imposition auto entrepreneur et ACCRE est possible. L'ACCRE est une aide qui permet de bénéficier d’une exonération de charges sociales pouvant aller jusqu’à trois ans dans ce cas.


Le régime fiscal de l’auto-entrepreneur est lui aussi intéressant

En matière de TVA, l’auto-entrepreneur bénéficie d’une franchise de TVA. Ainsi, il n’a, en principe, pas de TVA à facturer ou à déclarer.

La contrepartie toutefois est que l’auto-entrepreneur ne peut récupérer la TVA qu’il paie sur ses achats/investissements. En pratique, il pourra donc être judicieux de renoncer à la franchise pour les projets nécessitant de réaliser des investissements importants pour se développer.


Retour sur la franchise de TVA pour les commerces

Depuis le 1er janvier 2018,  Les auto-entrepreneurs exerçant une activité commerciale ont vu le plafond de leur CA augmenter de 82 800€ à 170 000€. Ce sera donc le cas pour un auto-entrepreneur dans le domaine de la restauration. Par-contre, le CA non soumis à TVA ne peut être que de 82 800€. Ce qui veut dire qu’on peut être auto-entrepreneur mais ne plus bénéficier de la franchise de TVA.

Si l’on prend l’exemple d’un restaurant, l’auto-entrepreneur ne facturera pas à ses clients de TVA avant d’atteindre le seuil de 82 800€. Mais dès 82 801€ de CA, la TVA devra s’appliquer. En contrepartie, la TVA payée sur vos dépenses deviendra également déductible.


Impact des normes liées aux caisses enregistreuses

La règle est simple : si votre CA vous permet de rester dans les limites de franchise de TVA, soit moins de 82 800€, vous n’êtes pas obligé de recourir à un système de caisse certifié. Mais si vous dépassez ce seuil, vous devrez y avoir recours. Autant préparer votre croissance en vous dotant d’un système de caisse enregistreuse certifié.